Site officiel de la ville d’Hazebrouck

Un nouveau plan de mobilité

Depuis la rentrée de septembre, la municipalité a engagé la réflexion autour de la création d’un nouveau plan de mobilité. La co-construction de ce document visant à améliorer notre vivre-ensemble apportera des changements fondamentaux dans la façon de nous déplacer.

Qu’est-ce que le plan de mobilité ?

Le plan de mobilités fait bien plus que lancer la réflexion autour de la circulation et du stationnement. Il s’attarde pertinemment sur la place et le rôle dans la ville de chaque mode de déplacement alternatif (à pied, à vélo…). Ce projet d’envergure mené en étroit partenariat avec la CCFI ouvre tous les champs du possible. Nous sommes tous invités à participer à sa construction.

Y sont précisées, rue par rue, les règles qui s’appliquent à tous les usagers de la voie publique pour leur permettre d’y cohabiter en toute sécurité : piétons, cyclistes, automobilistes… Des choix concertés et adaptés sont à la source d’un résultat cohérent. Il traduira aussi l’engagement de la municipalité dans trois priorités : fluidifier le trafic, optimiser le stationnement et favoriser les mobilités douces.

Pourquoi le mettre en place ?

Pour que la mobilité douce puisse se développer et s’imposer, l’un des principaux défis est de repenser nos modes de déplacements. Cela suppose de mettre en place des installations adéquates qui inciteront les Hazebrouckois à adopter des modes de transports doux et propres : accessibilité des voies, facilités de déplacement, sécurité des voies de circulation… Les bénéfices de ce réaménagement seront multiples et profiteront à tous : diminution de la pollution de l’air, réduction des nuisances sonores, augmentation de l’activité physique et donc amélioration de la santé, et plus globalement amélioration de la qualité de vie.

Qui l’élabore ?

La Ville a établi un nouveau partenariat avec l’Agence d’urbanisme Flandre-Dunkerque (Agur) qui l’épaulera dans la conception du plan. Le bureau d’étude a été choisi en juillet 2021 avant un démarrage effectif des travaux en septembre 2021. Ce travail conséquent aboutira à des propositions concrètes en 2022.

Pour toute la ville, avec tous ses usagers

« Nous avons besoin des habitants pour bâtir un vrai plan de mobilités qui corresponde aux besoins et à l’intérêt général », soutient Philippe Duhamel, conseiller délégué au déploiement du plan vélo et aux mobilités. C’est en effet à une vision globale, à l’échelle de la ville, que les Hazebrouckois sont appelés à réfléchir. Parce que votre usage de l’espace public dépasse l’horizon de votre rue et de votre quartier. Parce que toutes les idées méritent d’être étudiées et peuvent profiter à tous. Si les problématiques récurrentes de la vitesse et du stationnement seront abordées, c’est bien l’évolution de notre mode de vie qui se situera au cœur de la réflexion. Un sujet passionnant et enthousiasmant, à la fois exigeant et vecteur d’innovation.

Exprimez-vous sur Internet et au sein de votre quartier

Dès à présent, vous pouvez donner votre avis grâce au questionnaire en ligne ci-joint, à destination de tous les usagers de la ville, Hazebrouckois comme extérieurs.
Tous les commentaires et propositions déjà émis jusqu’à présent par les Hazebrouckois seront intégrés à l’étude. Les réponses au questionnaire alimenteront des ateliers ludiques lancés dans quelques mois dans les quartiers. Ces rendez-vous vous offriront l’opportunité d’échanger avec vos élus sur votre vision de la ville de demain.
En parallèle, les acteurs sociaux et économiques implantés sur le territoire seront consultés afin d’enrichir le débat.
Enfin, un système de comptage (ils au sol et caméras) a été déployé pendant une semaine à toutes les entrées de la ville et sur une vingtaine de lieux supplémentaires afin de mesurer le passage des véhicules, leurs origine et destination et les horaires
d’affluence. Il en découlera un travail d’analyse et de modélisation effectué par le bureau d’études Systra afin d’élaborer plusieurs scénario.

Un terrain d’expérimentation

Toute la délicatesse de l’élaboration d’un plan de circulation consiste à résoudre les problèmes sans les déplacer. Tout changement appliqué à une rue peut se répercuter sur les rues voisines et engendrer des insatisfactions. Une vision globale et à long terme est donc privilégiée. Elle exige un examen des solutions applicables dans l’intérêt de tous les usagers de l’espace public. L’expérimentation y puise son sens, comme c’est le cas actuellement pour le secteur du SDIS (encadré ci-dessous). Il s’agit de tester différentes possibilités avant de retenir la plus adaptée aux lieux et aux usages tout en tenant compte des contraintes de sécurité et d’agrément. Un travail de longue haleine qui annonce une nouvelle métamorphose d’Hazebrouck, à l’écoute des besoins actuels et à venir des usagers de l’espace public que nous sommes tous.

Secteur du SDIS : une expérimentation convaincante

L’expérimentation toujours en cours dans le secteur du SDIS a rapidement engendré des effets positifs. L’adaptation des sens de circulation, la réflexion autour des priorités et l’aménagement de places de stationnement supplémentaires ont abouti à une circulation plus apaisée dans ce quartier qui accueille déjà l’école Abbé Lemire, le centre d’incendie et de secours, le pôle enfance et des logements en construction. Le trafic est désormais sécurisé et les mobilités douces favorisées par des espaces dédiés, à l’image d’une vélorue offrant la priorité aux vélos. Des ajustements (disposition des panneaux stop de la rue d’Aire…) seront encore apportés au titre de l’expérimentation. C’est précisément cette démarche, menée en étroite concertation avec les habitants, qui sera étendue à l’ensemble de la ville.

Apaiser, partager et sécuriser

Le plan de mobilités suivra trois fils conducteurs.

– Apaiser les différents modes de déplacement.

– Partager l’espace public afin que tous les modes de transport y soient représentés.

– Sécuriser la voirie pour chaque mode de transport.

La problématique du stationnement fera l’objet d’une stratégie adaptée, privilégiant la régulation de l’usage des places disponibles (résidentiel, commercial, travail) à un développement tous azimuts qui ne résoudrait pas pour autant les difficultés.

« Le plan de mobilités ne s’appliquera pas du jour au lendemain. Il se déroulera étape par étape sur plusieurs années, notamment en raison des travaux de voirie qui seront nécessaires. L’idée n’est pas de changer pour changer » conclut Philippe Duhamel.