Site officiel de la ville d’Hazebrouck

JO – Bravo à notre champion de paratriathlon hazebrouckois !

La municipalité a tenu à féliciter de vive voix Antoine Pérel, notre champion paratriathlète hazebrouckois tout juste rentré des Jeux Paralympiques de Tokyo pour ses exploits sportifs ! Présent le samedi 4 septembre 2021 en tant que parrain officiel de la Rentrée du Sport, un événement organisée par la Ville afin de mettre en valeur les associations sportives hazebrouckoises.

Notre champion paratriathlète hazebrouckois 𝗔𝗻𝘁𝗼𝗶𝗻𝗲 𝗣𝗲́𝗿𝗲𝗹 et son binôme 𝗢𝗹𝗶𝘃𝗶𝗲𝗿 𝗟𝘆𝗼𝗲𝗻 sont en effet arrivés en 6ème place à l’épreuve paratriathlon aux Jeux Paralympiques de Tokyo, dans la catégorie PTVI1. C’est déjà une belle victoire pour nos sportifs qui peuvent être fiers de leur parcours !

Antoine Pérel : ses exploits naissent à Hazebrouck

Les proches et les élus l’ont encouragé à son départ pour Tokyo le 15 août.

Le paratriathlète hazebrouckois Antoine Pérel a réussi l’exploit de se qualifier pour les Jeux paralympiques. Il s’est envolé pour Tokyo, où il est entré en compétition le 28 août. Passionné, humble et chaleureux, notre champion hors norme nous parle des secrets de sa réussite et notamment de ses entraînements dans sa ville de coeur, dont il fait l’immense fierté.

Un palmarès extraordinaire (… extraits !)

Pentathlon :

– Champion de France 2007, 2009, 2010, 2011 et finaliste en 2006.

– Finaliste aux Jeux Paralympiques de 2008

 

Saut en longueur :

– Champion de France 2011, 2014, 2015

– Champion du Monde Espoir 2005

– Finaliste au Championnat du Monde 2006

– Finaliste aux Jeux Paralympiques de 2008

100 m :

– Finaliste aux Championnats de France 2013, 2014, 2015, 2016

Relai 4 x 100m:

– Médaillé d’Argent au Championnat d’Europe en 2009 et 2014

– Médaillé de Bronze au Championnat du Monde 2013

Ce ne sont pas vos premiers Jeux…
Effectivement, j’ai participé à l’édition de 2008 en saut en hauteur. Cette fois, c’était mes premiers Jeux en paratriathlon. Il est rare que des athlètes participent aux olympiades dans deux sports totalement différents. Je suis passé d’une filière explosive, l’athlétisme, à une discipline qui exige un effort prolongé. C’est la preuve qu’avec de la persévérance et de l’entraînement, on arrive à se dépasser.

C’est chez vous, à Hazebrouck, que vous vous entraînez ?
Oui, notamment ici, au stade Damette (il embrasse le terrain du regard). Je fais de très belles séances ici. Courir sur le schiste me rapproche des conditions réelles de l’épreuve. Je suis très attaché à ce stade et au SCH, un club mythique. Mon père y a joué en D3, moi même jusqu’à mes 18 ans et maintenant mon fils de 7 ans. J’y pense souvent, quand je cours ici… il ne me manque plus qu’un ballon au pied !

On vous croise aussi régulièrement dans les bassins de la piscine…
J’ai eu la chance de pouvoir continuer à m’entraîner pendant la crise sanitaire. A la piscine, on me laisse l’opportunité de nager quand je veux. L’équipe est très sympa et les maîtres-nageurs très accommodants. La nouvelle municipalité m’a ouvert les bras et on a toujours trouvé des solutions pour que mon entraînement ne soit pas interrompu. Tous les athlètes ne sont pas aussi soutenus par leur ville !